Logo letter

agroforesterie et couvert permanent des sols

agroforesterie_et_couvert_permanent_des_sols
agroforesterie

 

Les leviers d’action pour augmenter ou préserver le stock de carbone : 

 

  • Le "non labour" réduit les consommations en gazole, protège la vie biologique des sols et limite l’érosion et la perte de fertilité. Le semis direct sous couvert notamment limite le travail du sol et les fuites du carbone ;
  • Après la culture, il est essentiel de restituer de la matière organique au sol (paillage avec les résidus de culture, fumier, couvert végétal, compost, etc.) ; 
  • L’agroforesterie fait cohabiter arbres et cultures, une technique aux rendements aussi élevés que l’agriculture traditionnelle et aux bénéfices environnementaux importants ;
  • L’agriculture de conservation consiste à maintenir un couvert végétal dans les champs tout au long de l’année pour préserver le stock de matière organique. Il s’agit de développer les cultures intercalaires et intermédiaires ou les prairies temporaires ; 
  • Planter des haies permet de lutter contre l’érosion éolienne ;
  • enfin, lutter contre le lessivage du sol avec les alternatives à l’irrigation (goutte à goutte, arrosage « doux », paillage ou BRF pour réduire les besoins en arrosage, etc.)

A savoir : les arbres / arbustes ou plantes herbacées vivaces stockent bien plus de carbone que des cultures de plantes annuelles, d'où l'intérêt de l'agroforesterie, des "forêts fruitières" et des haies. Par ailleurs, certaines essences d'arbres et arbustes semblent plus efficaces pour stocker du carbone. Ce serait le cas du chêne-liège, dont l'écorce riche en subérine stockerait durablement une quantité importante de carbone et lui conférerait une bonne résistance aux incendies. En région méditerannéenne, la question de la résistance aux incendies se pose de manière croissante : alors que les résineux (pin, sapin...) sont hautement inflammables, certains arbres brûlent beaucoup plus lentement : chêne, frêne, charme, hêtre, orme, olivier, amandier, figuier de barbarie...

Du terreau sans tourbe 

Les tourbières sont surexploitées, alors qu'elles stockent du carbone et mettent des milliers d'années à se reconstituer : choisissez du terreau sans tourbe de sphaigne (remplacé par des fibres de bois ou de coco) ou composez votre propre terreau avec de la terre de jardin, du compost, éventuellement du fumier de cheval et 10 à 20% de sable de rivière si la plante nécessite un sol bien drainé.  

brf_paillage

Séquestrer le carbone dans le sol 

Améliorer la rétention du carbone et des matières organiques dans les sols est un enjeu majeur : c’est une source de nutrition pour les plantes, cela améliore la fertilité et la structure du sol, limite l’érosion et contribue à la lutte contre le changement climatique. 

Pour stocker le carbone, il est important de restituer la matière organique au sol, de limiter l’érosion et le lessivage du sol (éviter l’irrigation).  

Agroforesterie en grande culture : association de céréale et de taillis linéaires

Bois raméal fragmenté (BRF) et paillage au potager