Logo letter

L'impact méconnu mais réel du digital


Sources :

 

Ademe, guides et conseils pour limiter l'impact du digital 

 

Green IT : www.greenit.fr/ 

 

La Face cachée du numérique, l’impact environnemental des nouvelles technologies, par F. Flipo, M. Dobré et M. Michot, ed. L’Échappée.

 

ECO-CONCEPTION WEB

https://www.greencodelab.org - méthodologie et bonnes pratiques pour l'éco-conception de logiciels (référentiel ouvert et collaboratif, Green Code Collab)

  • Courriels : sobriété et rapidité

L'impact dépend du nombre de destinataires, du temps de lecture à l’écran, du poids des pièces jointes et du stockage :

• Je cible les destinataires de mes messages et je limite le nombre d'envois.

• Pour un message groupé, je ne réponds qu’aux destinataires concernés.

• J’envoie des documents concis et faciles à lire à l’écran (ex : bullet points)

J’optimise la taille des documents (fichiers compressés ; images, ppt et PDF basse résolution ; lien hypertexte au lieu du document...).

Je supprime les fichiers qui restent attachés au message quand je réponds.

• Si j’ai une pièce jointe lourde et plusieurs correspondants, je passe par une plateforme d’envoi comme wetransfer et envoie seulement le lien de téléchargement.

• Je fais un tri régulier de ma boîte et ne conserve que les courriels nécessaires.

• Je supprime immédiatement les spams, installe un anti-spams et me désinscris des pubs et newsletters

 

Réduire le poids d'un envoi mail : 

  • exporter les images et fichiers en basse définition 
  • réduire le poids d'un fichier ppt, word ou page : aller dans "fichier" => "avancé" => "réduire la taille du fichier"
  • pour un texte, choisir TextEdit plutôt que Page sur Mac
  • Partager un lien (we transfer ou autre) plutôt qu'un fichier
  • Supprimer les images, signatures, PJ... en répondant au mail

 

Courriels, réseaux sociaux, recherches internet, courses en ligne, conférences vidéo, streaming… Ces nouvelles pratiques ont des impacts non négligeables sur l'environnement (consommation de matières premières et d’énergie, déchets souvent dangereux...). La consommation électrique associée augmente et les connexions haut-débit, souvent allumées 24H/24, se généralisent. Enfin, elles n’ont pas eu les bénéfices environnementaux attendus : elles n’ont réduit ni la consommation de papier, ni nos déplacements. Pour autant, réduire les impacts du digital est possible ! 

Moins d’impacts, C’EST POSSIBLE !

 

  • À l’achat, du matériel économe, durable et adapté.

Un ordinateur portable consomme 50 à 80% moins d’énergie qu’un ordinateur fixe. Le label Energy Star garantit des consommations réduites d'énergie. Mieux : l’Écolabel Européen ou le label TCO garantissent aussi une fabrication plus écologique et moins de matériaux toxiques. Des entreprises remettent par ailleurs à neuf des appareils et les revendent à bas prix : un moyen de donner une seconde vie aux appareils, de réduire les déchets électroniques, de créer des emplois en France et de faire des économies !

L’allongement de la durée de vie des équipements informatiques est aussi une priorité. Changer le disque dur ou la batterie est simple et peut suffir pour gagner plusieurs années !

 

  • En fin de vie : recyclage !

Il est indispensable de rapporter les équipements hors d’usage en déchèterie ou au détaillant qui les renouvelle. Vous pouvez aussi trouver des points de collecte sur www.ecologic-france.com/ ou www.eco-systemes.fr/; les métaux seront récupérés et les éléments dangereux séparés et traités. 

 

 

Pourquoi une simple requête web a-t-elle un impact ?

Pour simplifier, quand vous utilisez un moteur de recherche, votre requête passe par la boucle locale puis le réseau internet, jusqu’au data center du moteur de recherche. Puis en cliquant sur un des résultats, vous sollicitez le data center de l’hébergeur du site consulté. L’hébergeur vous transmet ensuite des données. Vous stockez alors sur votre ordinateur des cookies, téléchargez, imprimez et stockez des documents, etc. Tous ces processus consomment de l'énergie et des ressources.

NB : le temps et l’empreinte carbone de la requête peuvent être limités grâce au « favori » (adresse internet enregistrée au préalable) qui évitera de solliciter le moteur de recherche !

 

Courrier électronique : un impact important

L’impact climatique de l’envoi d’un courriel avec pièces jointes augmente sensiblement avec le poids des pièces jointes, le nombre de destinataires et leur temps de stockage sur un serveur. Par personne, l’envoi de 33 courriels journaliers d’1Mo en moyenne génère annuellement des émissions équivalentes à 180 kg de CO2, soit plus de 1000 km parcourus en voiture !

 

La requête web : une forte influence du nombre de pages consultées

Aller directement à l’adresse d’un site, soit en tapant son adresse, soit en l’ayant enregistrée en «favori», au lieu de passer par un moteur de recherche, divise par 4 l'impact carbone et par 18 l’impact « consommation de matières premières » (estimation moyenne).

L'impact des recherches internet augmente avec la complexité de la requête

• Pour éviter d’utiliser le moteur de recherche, j’entre directement l’adresse URL d’un site et j’enregistre en "favoris" (étoile) les sites que je consulte souvent.

• J'utilise des mots-clés précis et je cible ma demande pour moins solliciter les serveurs du moteur de recherche.

 

Plus généralement

• dans les paramètres des vidéos régardées en ligne, je règle sur une basse définition (240-360p).

• J'allège le poids des vidéos, images et documents que je mets en ligne (et évite de stocker sur le cloud). Petit guide pour réduire en 5 minutes l'empreinte carbone d’une vidéo tout en gardant une bonne qualité.

Je n’imprime que si c’est utile, en noir et blanc, «qualité brouillon» et «recto-verso» ; j'utilise une police écologique (Ryman eco, Times...)

 Je ferme les onglets que je ne consulte plus

• Je débranche ma box et éteins mon ordinateur dès 2h sans utilisation (en veille, un ordinateur utilise encore 20 à 40 % de sa consommation en marche).

• Je baisse la luminosité de mon écran ; et dans « panneau de configuration », je modifie les options d’alimentation pour un mode plus économe en énergie

 Je débranche le chargeur quand la batterie est pleine et branche mon ordinateur fixe sur une multiprise avec coupe-veille (même éteint, les chargeurs et ordinateurs branchés consomment de l'énergie)

• J'évite les économiseurs d’écran avec des graphismes en 3D qui consomment autant, voire plus que le mode actif. Ne pas confondre avec les économiseurs d’énergie qui assurent des économies conséquentes en mode veille.

 Je fais durer mes équipements autant que possible (ne pas obstruer l'aération, protéger des secousses, des chocs, de la chaleur...)

 

Vous avez un compte Netflix ? 
Netflix occupe à lui seul 15% de la bande passante mondiale. Pour limiter votre impact, allez dans votre compte, puis dans Paramètres de lecture, décochez la case "Lecture automatique des aperçus pendant la navigation" et sélectionnez une lecture par défaut en basse définition.

La fabrication concentre 80% des impacts environnementaux du digital (consommation de ressources et d'énergie, empreinte carbone, pollution, extraction des matières premières, etc.). 

La fabrication d’un ordinateur, c'est :

- 240 kg de combustible, 22 kg de produits toxiques, 1,5 tonne d’eau ;

- 1 tonne de CO(des dizaines de fois ce que l'ordinateur émet durant toute sa durée d'utilisation).

D'où la nécessité de prolonger sa durée de vie :

- en rajoutant de la RAM

- en utilisant des logiciels libres (cf doubler-son-esperance-de-vie-avec-linux)

en ne mettant à jour que si nécessaire les logiciels et applications (les nouvelles versions, souvent bien plus lourdes, ralentissent nos appareils et réduisent leur durée de vie).

- en achetant des appareils reconditionnés plutôt que neufs (Ex : backmarket.fr

- en protégeant son ordinateur portable du soleil / de la chaleur, des chocs et lors du transport

570a87700a13a