Logo letter

L'empreinte carbone moyenne d'un Français est de 11,9 tonnes de CO2 par an, dont 60% vient des biens importés de pays où le charbon est souvent l'énergie principale. Pour tenir l'objectif des 2°C, l'empreinte moyenne doit être de 2 tonnes de CO2 par personne ! 

 

L'empreinte carbone c'est :

   les émissions directes (chauffage, voiture, etc.)

+ les émissions des produits et services consommés (y compris importés)

+ les émissions liées aux infrastructures et services

  

Trop souvent, on calcule l'empreinte carbone d'un individu en divisant l'empreinte du territoire national par le nombre d'habitants, or l'empreinte carbone dépend de ce que l'on consomme réellement et non de ce qui est produit dans son pays.

Quels gestes efficaces pour alléger son empreinte carbone ?

 

1. L'alimentation, première source de gaz à effet de serre, produits animaux en tête : 

  • Les machines agricoles, le transport des aliments, leur stockage, leur conservation (chaîne du froid), leur conditionnement et emballage, la gestion des déchets agricoles et alimentaires, etc. sont autant de sources de gaz à effet de serre
  • Des forêts sont rasées pour être converties en surfaces agricoles, notamment pour l’élevage ou l’alimentation animale, qui a souvent une provenance lointaine (soja sud-américain, huile de palme asiatique, etc.) -entre 4 et 20kg de protéines végétales sont nécessaires pour produire 1kg de protéines animales.
  • Les engrais et pesticides épandus sont dérivés du pétrole (sauf en bio) et la détérioration des sols due aux techniques agricoles intensives réduit leur capacité à absorber le carbone
  • Les solutions :

    • Moins de produits animaux (remplacer une part de viande ou poisson par des légumineuses (lentilles, haricots, pois chiches...) et céréales ou du soja, remplacer le beurre par de lhuile végétale et réduire sa consommation de fromage. En savoir plus
    • Des produits bio, cultivés sans engrais ni pesticide issus du pétrole, et surtout de saison, cultivés en plein champ et non en serre chauffée.
    • Moins d'emballages, de surgelés, conserves et plats préparés. Les produits en vrac et des sachets réutilisables permettent d'éliminer tout déchet. 
    • De l'eau du robinet, des thés et infusions en vrac. 
    • Plus d’infos

 

calculez l'empreinte carbone de vos repas avec bonpourleclimat.org

52160b7ad661f

L’ADEME et l’Association Bilan Carbone (ABC) ont travaillé de concert pour élaborer le calculateur « Nos GEStes climat » et proposer des actions efficaces pour réduire son empreinte carbone personnelle. 

Scénario Negawatt 

Diviser par deux les émissions de la France, en 3 axes : 

  • Sobriété (faire la chasse aux gaspillages énergétiques et mieux utiliser l'énergie)
  • Efficacité (améliorer la gestion du réseau, smart grids, etc.)
  • Energies renouvelables (biogaz, biomasse, éoliennes, etc.)

En savoir plus : www.negawatt.org/

Capture_d’écran_2020-12-08_à_23.02.05
legumes

RÉDUIRE SON EMPREINTE CARBONE

2. Les transports, deuxième poste d'émission :

  • Pour les moyennes distances, le vélo électrique est idéal.
  • Privilégiez une petite citadine d’occasion à une berline neuve (consommation des véhicules neufs) ! Les voitures électriques sont particulièrement adaptées en ville et ont un bon bilan carbone si la taille de leur batterie est raisonnable, ou en autopartage. NB : le chauffage et la climatisation peuvent doubler la consommation de votre voiture, tandis que l'éco-conduite permet de réelles économies ! 
  • Côté transports en commun, tram, RER et métro émettent très peu, de CO2 ; cars et bus en émettent beaucoup plus. 
  • Pour des vacances à faible impact, plus d'info ici

 

3. À la maison : le chauffage et l’eau chaude sont de loin les principaux postes de consommation.

  • Une bonne isolation est importante (toit, murs et fenêtres : conçue de manière globale, elle est bien plus efficace !)
  • Remplacez votre chauffage au gaz ou au fioul : pompe à chaleur label NF PAC, chaudière à bois label flamme verte 7 étoiles, ou optez pour un fournisseur de biogaz (Ilek)  ;
  • Remplacez un vieux chauffe-eau par un chauffe-eau thermodynamique ou solaire, et non sur-dimensionné  
  • Certains investissements minimes sont utiles : boudin de porte, film de survitrage, thermostat programmable pour chaudière, économiseur de douche (limiteur de débit) et de robinet, multiprise coupe-veille...
  • Privilégier les équipements peu consommateurs (LED, label A+++, energy star 2.0...). 
  • Autres astuces pour réduire votre facture d'énergie : economie-energie 

 

4. La consommation de biens et services, avec leurs émissions « grises » (l'empreinte carbone d'un objet peut majoritairement provenir de sa phase de production) :

  • privilégier les objets d'occasion, les appareils reconditionnés (électroménager, informatique, téléphones), les matériaux recyclés, etc.
  • privilégier la qualité à la quantité, et la location à la possession pour les objets que vous utilisez rarement
  • Faire durer ses affaires (ex : faire ressemeler ses chaussures avant qu'elles ne soient abîmées)

 

5. Le digital a un impact croissant sur le climat (visionnage de vidéos, réunions en ligne, envoi d'images et de pièces jointes...). Réduisez au maximum le poids des documents, images et vidéos que vous envoyez ou mettez en ligne, désabonnez-vous des pubs et newsletters, et enfin, réglez en basse définition la qualité des vidéos que vous visionnez. 

  • Explications et autres solutions ici 

 

6. Faire la chasse aux gaspillages !

  • Réduire le gaspillage alimentaire ou les gaspillages énergétiques (veilles, chargeurs et box branchés en permanence...), renoncer au jetable et réduire vos déchets (qui émettent quantité de CO2 en décharge ou en incinérateur)... : il existe une multitude de petits gestes quotidiens qui, additionnés, ont un réel impact pour préserver les ressources et le climat ! 

Émis dans l'atmosphère en excès du fait des activités humaines, les gaz à effet de serre (GES) sont à l'origine du phénomène de dérèglement climatique. Le dioxyde de carbone (CO2) est de loin le principal GES émis par l'Humain : pour simplifier, on prend donc le CO2 comme référence et on parle en termes "d'équivalent CO2" , même si certains gaz comme le méthane, le protoxyde d'azote ou les hydrocarbures ont un pouvoir "réchauffant" des dizaines, voire des milliers de fois supérieur. 

Aujourd'hui, les efforts pour améliorer les processus industriels et réduire les émissions du chauffage sont amoindris par l'augmentation d'autres postes d'émission : informatique et audiovisuel (télévision plasma, hifi, tablettes, etc.), déplacements en avion, santé, climatisation, alimentation (laitages, produits transformés...). 

 

Avant de réduire son empreinte carbone, il faut déjà la mesurer :