Logo letter
convention citoyenne climat : un nouveau modèle de société
Il y a 3 months

 

Penser l'après-crise : 50 propositions de la convention citoyenne pour le climat

 

Pour préparer la sortie de crise du Covid-19, les membres de la convention citoyenne pour le climat ont envoyé, jeudi 9 avril, cinquante pistes de mesures à l’exécutif. 

 

Logement, voitures, alimentation, publicité, innovation : les mesures, que « Le Monde » s’est procurées, doivent encore être amendées et votées par l’assemblée plénière. Elles concernent 5 thèmes (se loger, se déplacer, se nourrir, consommer, produire et travailler), et doivent encore être amendées et votées par l’assemblée plénière.

Il s'agit de sélectionner les mesures qui répondent à un triple objectif : avoir un effet positif sur le climat, sur l’économie à court ou moyen terme dans un esprit de justice sociale, ainsi que sur la santé et le bien-être des populations. Alternatives économiques a publié une partie des mesures vendredi.

 

  • Une rénovation globale de 20 millions de logements

Parmi les mesures, les citoyens proposent de rendre obligatoire la rénovation énergétique globale des bâtiments d’ici à 2040, et d’ici à 2030 pour les « passoires thermiques », ces logements étiquetés F et G pour leurs faibles performances énergétiques. L'objectif : « passer d’une rénovation par petits gestes et à petits pas à une rénovation globale (toit, murs, fenêtres, chauffage et VMC), en multipliant par trois le rythme des rénovations. »

Cela représente environ 20 millions de logements à rénover de manière globale, dont environ 5 millions de « passoires thermiques », ainsi que des bâtiments tertiaires et publics, qui devront atteindre une performance énergétique A à C. Actuellement, la loi énergie-climat, promulguée en novembre 2019, n'oblige pas à une rénovation globale et les objectifs de résultats bien moins ambitieux (atteindre au moins la classe E).

 

  • Favoriser les circuits-courts

Autre mesure : un plan d’investissement pour l’agriculture avec une priorité aux circuits courts, à une production locale, durable, à faible impact environnemental. Pour les citoyens, la crise sanitaire et le confinement donne de la force à cette mesure qui souhaitent promouvoir la création de fermes municipales et de plateformes de regroupement des productions. 

 

  • Contenir l’étalement urbain

Lutter contre l’artificialisation des sols et l’étalement urbain « de manière beaucoup plus efficace », afin d’agir en faveur de la biodiversité et de réduire les consommations d’énergie liées aux déplacements est aussi jugé prioritaire. Il s’agirait notamment de limiter, entre 2021 et 2030, le nombre d’hectares artificialisés par commune au quart de ce qui a été artificialisé entre 2000-2020, de stopper « immédiatement » les aménagements de nouvelles zones commerciales périurbaines « très consommatrices d’espaces » ou encore d’autoriser les réquisitions de logements et de bureaux vacants.

 

  • Réduire la place de la voiture

Les citoyens veulent aussi réduire la place de la voiture individuelle, qui représente 16 % des émissions de gaz à effet de serre du territoire, grâce à un plan d'investissement pour les transports en commun et les voitures sans essence, ainsi que la relocalisation de certaines activités stratégiques pour éviter le transport de marchandises sur des milliers de kilomètres et garantir une plus grande autonomie alimentaire, énergétique et sanitaire. Pour encourager d’autres modes de transport, ils proposent de rendre obligatoire et d’augmenter (entre 500 et 1 800 euros par an) la prime de mobilité durable prévue par la loi d’orientation des mobilités.

 

  • Lutter contre la surconsommation

Autre mesure importante : interdire dès 2023 la publicité sur les produits les plus émetteurs de gaz à effet de serre et de manière plus générale, « limiter fortement les incitations quotidiennes et non choisies ». Aller vers des modes d’alimentation et de production plus sains en éduquant et en formant le consommateur aux pratiques de « sobriété numérique » et à l’environnement ; décliner de « mini conventions citoyennes pour le climat » pour élaborer au niveau local des propositions.

 

  • Vers une économie moins carbonée

Accélérer la transition vers une économie décarbonée implique que « d’ici à 2025, tout soutien à l’innovation s’inscrive dans une logique de sortie d’un modèle basé sur le carbone ». La recherche publique doit être financée dans les secteurs de l’innovation ayant un intérêt environnemental et écologique. 

Pour les citoyens, « la sortie de crise devra être l’occasion de revisiter les modes de production et de travail (…) pour porter l’espoir d’un nouveau modèle de société. »

 

 

 

Sources : 

https://www.lemonde.fr/climat/article/2020/04/11/climat-les-50-propositions-de-la-convention-citoyenne-pour-porter-l-espoir-d-un-nouveau-modele-de-societe_6036293_1652612.html 

https://www.publicsenat.fr/article/societe/climat-les-50-mesures-de-la-convention-citoyenne-devoilees-181869

 

 Lire aussi  La convention citoyenne veut conjuguer les réponses à la crise sanitaire et à la crise climatique

 

 

Publié le:
En lire plus
28/05/2020
D'après Météo France, les températures seront plus élevées que la normale jusqu'à la fin juillet. La sécheresse menace une large moitié est du pays.
20/03/2020
La pollution atmosphérique des grandes villes engendre des maladies qui fragiliserait face au coronavirus ; les particules fines pourraient aussi faciliter sa diffusion